19 septembre 2006

Traduction non fidèle (mais marrante)

Traduction non fidèle (mais marrante)

« Traduttore traditore » dit un proverbe italien. La traduction est une chose difficile, tous ceux qui s’y sont attelé ou qui s’y attèlent le savent, et en tant qu’étudiante ayant travaillé (et travaillant encore pour ma thèse) sur St Jérôme, considéré comme le patron des traducteurs, j’ai vu les différentes méthodes de traduction.

Faut-il traduire le mot ou l’idée ? Vaste débat. Les débutants en traduction ont tendance soit à rester collés mot à mot au texte, soit à ne retranscrire que l’idée générale sans faire attention à la nuance donnée par le mot. Les « belles infidèles » (davantage réécritures, à mon avis, que traductions) sont de nos jours abandonnées, mais les mot à mot calques n’ont pas la cote non plus ! Bien sûr, la meilleure traduction est celle qui allie les deux (mais c’est la plus difficile, évidemment).

Mais depuis Internet, on voit un nouveau service apparaître : la traduction automatique en ligne ! Wouahou ! Voilà de quoi mettre fin aux prises de têtes des traducteurs …

Hm ! Parfois c’est très bien, mais pour traduire des locutions propres à une langue, ce n’est pas toujours ça. Et les conditionneurs, pour le plus grand bonheur de nos zygomatiques, y ont souvent recours.

Ainsi, sur l’emballage d’un jouet, on peut lire : « ne tirez pas filet à crevette trois ans pas l’âge. »

Quoi ? What ? ¿ Qué ? Che ? Was ? Что ? Quod ? Τό ; Kóï ? ? המ

Euh… ça doit être la fameuse phrase qu’on voit sur beaucoup de choses : « ne convient pas aux enfants de moins de trois ans ».

Et voilà un exemple, parmi tant d’autres, de la traduction littérale absurde (un autre : « Kamille litiovets « k » haskove enko « kvlidička » = en mot à mot Kamille avec un « k » comme dans « fourchette », mais en français, ça pose un petit problème, lol !)…

Posté par NinieLC à 19:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Traduction non fidèle (mais marrante)

Nouveau commentaire