06 août 2007

Insultes et réponses

Insultes et réponses.

Un peu de neuf dans la Nef, qui se reposait ces derniers temps… Je vous propose de découvrir comment « La petite dernière » répond à des insultes proférées par des personnes qui n’osent pas les dire en face.

Début juin, mon blog a été attaqué par des « collègues » de GEA à l’IUT. Tout cela a débuté suite à un billet intitulé « Non à l’ARXHO », dans lequel je craquais et faisais état de certaines crasses que ces chères demoiselles m’avaient faites, sans jamais citer de nom. Elles se sont pourtant reconnues dans leurs actes, et ont répliqué par des commentaires injurieux. Je les ai supprimés (les commentaires, par leurs auteurs !) de mon blog, car ils étaient vraiment trop salissants, mais je les ai gardés en mémoire, pour les relire et en rire. Oui, vous allez voir que leurs bêtises sont méchantes, mais font plutôt rire (enfin, certaines…).

Et je réponds à chacun d’eux.

J’ai également laissé les commentaires amicaux qui répondaient à ceux des arxhoïstes.

Bonne lecture !

Une méchante pétasse homophobe 

ah Eugénie, Eugénie,Eugénie...il me semble que je dois te remercier bien que tes propos me fassent hérisser le poil (que je m'épile car je le vaux bien!). Pourquoi merci?! Merci car tu as permis à chacune des pétasses s.l.p que tu cites sans citer de rajouter des qualités méconnues jusq'alors sur notre CV: pétasse, salope (oups j'ai prononcé le mot!), xénophobe, raciste, homophobe...j'en oublie surement! Je trouve que pour une personne aspirant peut-être à être DRH(tu vois je ne suis pas rancunière, je te le souhaite!!), tu as su faire preuve d'une générosité énorme en nous permettant de nous rendre compte de ce que nous sommes réellement...Je t'assure ça fait chaud au coeur.

Mais nous avons un point en commun malgré tout, oui je sais c'est douloureux de l'entendre...Toi non plus tu ne vas pas nous manquer! Je n'irai pas jusquà dire que ce sera la libération de la bête vendredi mais un soulagement en effet...

allez sans racune...

PS: Tu avais raison au fait...je suis raciste...de la connerie humaine...

6 juin 13:54

Ah ? Tu es raciste envers toi-même, alors ? Moi, je ne suis pas humaine (pas totalement, disons. Je suis d’origine Ouvaga, donc descendante de l’Ourse Bleue). Le point commun auquel tu fais allusion n’est pas douloureux pour moi. Non, je ne cite pas les gens dans mon billet ; en vous reconnaissant dans ce portrait, vous avez reconnu et signé vos actes ! Comme tu dis, sans rancune (oui, on dit « rancune », pas « racune »)… Rancune contre qui ? Tu n’as pas eu le courage de signer ton billet ! Et oui, quand j’entends des personnes prononcer les phrases : « pas de Noirs dans ma voiture », « les Pieds-Noirs on aurait dû tous les exterminer à l’époque parce que maintenant ils nous font chier », ou encore « les homos c’est contre-nature et on devrait faire des études avant l’embauche pour éliminer d’office leurs candidatures », moi j’appelle ça de l’ARXHO (Antisémitisme-Racisme-Xénophobie-Homophobie Ordinaires) et ça me débecte.

Jack Sparro 

Tu sais, nous, tu vas nous manquer...

On aurait aimé t'avoir au moins un mercredi soir à diner : on aurait passé de bons moments ensemble. Enfin surtout nous.

Cordialement,

ARXHO (et toutes les lettres que tu voudras rajouter sont les bienvenues)

4 juin 18:53

Une allusion au Dîner de Con ? Tiens donc… c’est vrai que j’aurais bien rigolé, et vous auriez toutes gagné le concours (eh oui, le con n’est pas toujours celui qu’on croit !)… mais je choisis aussi avec soin chez qui je vais manger, et jamais je n’aurais accepté cette invitation ! Et il y a un accent circonflexe sur le i : « dîner », pas « diner » ! Et l’usage de ce nom pour signer un tel commentaire est tout simplement révoltant et illégal (c’est de l’usurpation d’identité dans l’intention de nuire à la personne dont le nom est usurpé comme à la personne contre qui il est utilisé !)

Une ARXHOISTE 

   Tu sais, hélas, tu n'es pas le centre du monde, nous nous fichons éperdument de ta personne mais il est vrai que grâce à ton blog nous avons passé de nombreux moments à rire (nous,  ce sont toutes les personnes de la classe sauf tes amies biensûr).

En te remerciant pour ces moments de franche rigolade...

Une s.l.p (les lettres à rajouter sont a o e...mdr)

4 juin 18:52 

Je ne suis pas le centre du monde ? Mais le monde n’a pas de centre, il est infini, et chacun a droit à une place, vous aussi, moi aussi… Et si vous vous « fich[ez] éperdument de [ma] personne », pourquoi dans ce cas passez-vous du temps à venir sur mon blog et à le commenter ? C’est du temps que vous regretterez d’avoir bêtement perdu le jour de votre mort…

Szlavik 

Tiens tiens tiens... la gloire commence quand on commence à avoir des détracteurs. Sois fière, ETK ! Et heureuse (ça y est, la bête est libre ! tu dois être heureuse !). Et ne fais pas attention aux personnes (dont le courage est immense ! ne pas signer de telles horreurs pour ne pas "risquer" (risquer quoi, d'ailleurs ?) qui t'ont mis les commentaires précédants... àqui je voudrais répondre : le con n'est pas forcément celui qu'on croit, et ... qui a dit que Levna était humaine ??? Bon courage à tout le monde. Et à ce soir Levna !

9 juin 13:08

Merci, Szlavik !

pas de nom) 

Le début de la gloire, je n'irais pas jusque là mon (ou ma) cher Szlavik. C'est juste qu'à force de se faire insulter via le net et de voir qu'à l'université ce n'est que sourire et gentillesse de la part de cette même personne qui vous insulte, on finit par se demander qui est le vrai faux cul... Désormais, les cours sont finis et je dirais simplement.... RIEN, ça se passe de tout commentaire!

Signé: Noémie

9 juin 19:11
(http://noemie08dufour.spaces.live.com/) (blog inexistant)

Tu ne connais pas les noms Ouvaga, ce n’est pas grave (ce n’est pas un crime) ; je te signale donc, pour enrichir ta culture, que Szlavik est prénom masculin. Se faire insulter ? Je n’insulte personne, je fais un diagnostic. Et je n’ai jamais cité aucun nom, donc comment peux-tu te reconnaître dans ce portrait ? Tu reconnais tes actes ? Au moins (certainement grâce au commentaire de Szlavik, d’ailleurs) tu as eu le courage de signer, je sais donc à qui je réponds. En effet, je ne t’ai pas aboyé dessus les rares fois où je me suis adressée à toi, car je ne suis pas une brute, je sais me tenir, moi. « Sourire et gentillesse » … j’appellerais plutôt ça « indifférence et rictus ».

[Les commentaires suivants interviennent suite à un billet où je racontais le projet tutoré de l’IUT à la manière des Exercices de Style de Raymond Queneau].

Jack Sparro 

Chère anti nous,

Déborah, c'est avec un D majuscule stp parce que je pense (et je ne suis pas le seul) que c'est elle qui en a fait le plus parmis vous. Nous créons un groupe ware : n'hésites pas à dire Déborah a créé un groupe ware... quit à raconter ta première semaine et ton projet autant raconter la vérité, tu ne penses pas ?

Quant à la soutenance, ce n'est pas seulement parceque vous avez dit des choses qui ont déplu, c'est aussi parce que votre soutenance n'était vraiment, mais vraiment pas structurée.

Enfin pour conclure, j'aimerais te remercier d'etre venu aux portes ouvertes. Ca fait tellement de bien d'avoir senti une telle solidarité dans la classe. Ce qui m'etonne c'est que TU t'etonnes encore qu'on soit ainsi avec toi : réflechit un peu et tu comprendras vite, c'est promis. Si je peux juste me permettre, quand tu seras une responsable RH, essaies de faire différement, histoire que tes collègues ne se foutent pas de toi à longueur de journée (et le pire avec le boulot, c'est que ça ne dure pas qu'un an...).

Enfin, tout ceci n'est que bétise puisque demain, quand tu seras libérée, on ne te verra plus.

Au fait, je préfère etre une pute à une salope : quit à vendre mon corps, autant que ça me rapporte quelquechose...

PS : A tous ceux qui liront ça, mettons ce message sur le compte de l'orage : ça échauffe tous les esprits.

7 juin 19:17

Ah ? Tu étais avec nous, la première semaine du projet ? Tu étais là, le jour de la création du groupe ware ? Nous étions tous les 4 (les 4 du projet uniquement, je n’ai remarqué personne d’autre), à la cafétéria, et c’est effectivement sur l’ordinateur de Déborah que nous avons créé le groupe ware, mais nous en avons choisi ensemble le nom. Et puis, c’est étrange que tu t’intéresses subitement à Déborah, alors que tu étais (comme tous ceux qui n’avaient pas eu la volonté de s’intéresser à elle, de l’écouter et de savoir ce qu’elle avait) parmi ceux qui se sont réjouis e son départ. Quant à la soutenance, ok, on avait eu quelques problèmes pour la construire, mais notre tutrice IUT nous a clairement dit que nous avions été saquées car nous avions mis le Rectorat face à ses contradictions.

Les portes ouvertes ? J’avais déjà tenu le forum étudiant en novembre. Et je n’étais pas libre ce jour-là, jamais je n’ai fais e mystère là-dessus. Le 17 mars est le jour d’anniversaire d’une amie, c’était le dernier jour du Tournoi des Six Nations, et la Saint Patrick. Solidarité dans la classe ? Non, je ne me sens pas solidaire de gens dont les propos me révoltent, et j’en suis fière.

Réfléchir ? Oui, je l’ai fait, et j’ai remarqué que votre attitude à mon égard a changé depuis le jour où j’ai dit, quand on essayait de déplacer les cours du samedi ; « le samedi, je ne peux pas venir, c’est Shabbat ». Pourquoi, suite à ça, m’avez-vous vue différemment ? C’est là que vous avez commencé vos crasses (et c’était bien avant les portes ouvertes).

P.S. : vérifie ton orthographe et ta grammaire, il y a vraiment trop de fautes ! Et puis tu as vraiment l’esprit mal placé, car j’entendais « salope » comme le féminin de « salaud », quelqu’un qui fait des crasses, si tu préfères ; rien de sexuel dans l’affaire (eh oui, je ne suis pas comme toi, j’ai d’autres sujets de conversations, moi).

Une s.l.p 

Merci à toi Jack Sparro pour tout ce bonheur, c'était juste pour rajouter que: à ton âge, être autant menteuse c'est vraiment navrant....Tu ne te donnes même pas la peine de venir aux portes ouvertes prétextant une excuse bidon puisque tu étais vautrée devant ta télé à regarder le rugby....vraiment navrant...et j'en passe parce que c'est pas le seul mensonge que tu as vomi!!!

7 juin 19:56

Menteuse ? Jamais je n’ai menti sur les portes ouvertes… C’est vraiment puéril de faire une fixation là-dessus ! Je n’ai jamais caché mon intention de ne pas venir aux portes ouvertes (où de toute façon il n’y a jamais personne qui vient), parce que j’étais occupée. Oui, c’était par le rugby. Moi, j’ai une vie à côté. Je suis libre, je ne fais partie d’aucune secte, et je n’ai pas de compte à rendre sur mes week-ends, qui n’appartiennent qu’à moi. Et non, je n’étais pas « vautrée ». Mensonge ? Oui, j’ai menti, je me suis mentie à moi-même en minimisant vos actes et vos paroles. Et quand je les ai regardés en face, quand je me suis dit la vérité, oui, j’ai eu la nausée. On ne vomit que ce qui nous est insupportable, et votre attitude à mon égard était gerbante.

[Quatre jours avant la fin des cours, j’avais publié « libération de la bête –4 jours.]

une des ARXHO 

Alors cette libération ?

On y a cru, on croyait que tu allais changer de forme, changer de corps et devenir une vraie grosse bête. Ou alors ce que tu nous disais là c'est qu'en faite, tu es déjà une bête et le fait de ne plus venir à l'IUT est une libération pour toi ? Expliques moi stp, tu sais parce qu'à part m'auto admirer, je ne sais pas faire grand chose (pas intelligente moi).

Bon stage ma chère Eugénie et n'hésites pas à nous honorer encore de toutes tes remarques durant cette période, ça sera avec plaisir qu'on les lira et qu'on en rigolera ;-)

Ce fut un plaisir

8 juin 17:27

Cette libération fut un soulagement, en effet. Mais tes propos sont embrouillés, je vais donc t’expliquer (tu es lucide quand tu reconnais ton manque d’intelligence) : « La bête » est une simple expression (on pourrait dire :  « la chose », « le truc », « la bestiole » (ça, c’était quand j’étais petite). Pourquoi « libération », maintenant ? Voilà : j’allais assez bien avant de vous connaître. Quand je dis « avant de vous connaître », je ne suis pas assez précise, car au début de l’année, et pendant tout le premier semestre, tout allait bien… Et puis il y a eu les notes du premier semestre, et cette histoire de samedi, et tout a basculé. Il y a eu des petites phrases, des petites allusions que je croyais naïvement datées des années 30-40… ce n’est pas « ne plus venir à l’IUT » qui a été une libération pour moi, c’est ne plus entendre ces propos.

Bon stage à toi aussi.

Vous « honorer de [mes] remarques » ?, je croyais que vous vous en fichiez de ma personne ? Pas très structuré, tout ça… lol.

Ilonka reine d'Ecosse 

à "une slp" : on ne remet pas en cause un rituel qui dure depuis huit ans pour une journée de porte ouverte (et franchement, le rugby sans ETK, ce n'est vraiment pas pareil ! elle nous aurait manquée, et nous n'étions pas vautrés ! nous dansons, nous chantons, et nous rigoolons (je ne pense pas que ETK se serait autant plue à cette "solidarité" de groupe ; elle sait où sont ses vrais amis, et ce n'est pas vous !)). Je suis Ouvaga, et je constate des insultes à notre Tongacha dans vos commentaires, ce qui constitue un incident diplomatique grave, et je suis à deux doigts de réclamer une boïtzalurka (je traduits : déclarations de guerre)... mais ETK est pacifique, elle ne le fera pas (vous n'en valez pas la peine).

Non au groupe, vive l'indépendance, vivent les Ouvaga, vive le rugby et vive l'Ecosse !

9 juin 13:18

Merci, Ilonka ! Et en plus, je n’allais tout de même pas rater ton anniversaire !

une des salopes (oups) 

TRADUCTION

"non au groupe, vive l'indépendance" veut dire "non à l'amitié avec des gens qui en valent la peine et avec qui ont peut créer des liens forts qui dureront longtemps et vive une vie seule sans amies et seulement avec 2 copines qui ont un grain, comme moi, et qui croient qu'elles sont interessantes".

Avis aux amateurs

PS : la déclaration de guerre, c'est quand tu veux.

10 juin 14:49

« Deux copines qui ont un grain »… Oui, je sais, nous savons toutes les 3 comment vous nous surnommiez, quand nous avions le dos tourné. Vous n’étiez pas assez discrètes. « La black, la gouine et la juive »… « Les trois graines » … « Les maillons faibles »… Amusant que tu précises ce chiffre « 2 » et que tu emploies le mot « grain ».

Je ne ferai pas la liste de tous les amis que j’ai (peur d’en oublier au passage), mais si tu crois que ne pas être ami(e) avec toi est synonyme de ne pas avoir d’ami du tout, tu te trompes.

« Des gens qui en valent la peine » ? Alors selon toi, les autres qui ne font pas partie de votre « secte » (oui, je mets le mot entre guillemets, il est un peu fort, mais bon parfois les comportements ont été dignes de ceux des sectes)ne valent pas une amitié ?

Moi je préfère être amie avec des gens qui sortent de leurs préjugés, qui sont francs, qui savent mettre de la fantaisie dans leur vie, plutôt qu’avec des personnes dont on doit supporter les paroles parfois blessantes, l’hypocrisie, le trop-de-sérieux… Car je n’ai pas la prétention d’être intéressante, mais toi, en revanche, tu te prends vraiment trop au sérieux. Et ça pourrait te jouer des tours.

Mon blog ne t’intéresse pas ? C’est parfaitement ton droit (si j’étais comme toi, je dirais que c’est parce que tu ne comprends pas la moitié des billets, mais je ne suis pas comme toi, donc je dis seulement que c’est parce que nous n’avons pas les mêmes centres d’intérêt). Mais dans ce cas, ne vient pas le salir de tes commentaires injurieux et fiche-moi la paix !

Déclaration de guerre ? Tu n’en vaux vraiment pas la peine…

[Szlavik a alors écrit un billet en cross-over (sur Onilatki au lieu de l’écrire sur son propre blog, Magik Szlavik), intitulé « Le capitaine Jack Sparrow envisage de porter plainte pour usurpation d’identité ».]

Jack SparroW 

Merci pour le w, je l'avais oublié.

C'est donc Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow,Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow, Jack Sparrow......

JACK SPARROW 

10 juin 14:53

Tu n’as rien d’autre à faire ? Perdre du temps à copier « Jack Sparrow » comme une punition (j’aime à penser que tu as tout de même utilisé le « copier-coller…) est d’un puéril ! Tu dois vraiment t’ennuyer… Enfin, maintenant, grâce à Szlavik, tu sais écrire correctement ce nom (ça te fait une faute d’orthographe en moins : un bon début !)…

Suite à cela, voyant que je supprimais systématiquement leurs commentaires de mon blog (je le surveillais en permanence pour les supprimer dès leur publication), elles se sont lassées… Ce qui ne fut pas pour me déplaire. Je les laisse vivre leur vie, qu’elles me laissent donc vivre la mienne !

Posté par NinieLC à 20:38 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Insultes et réponses

    ouah je suis choqué !!! Je ne savais pas que ce genre de personnes existaient...Eh bien, on est quand même bien en LC, hein ?!! T'inquiete ETK le principal est que tu te sentes bien et que tu saches où son tes vrais amis !!

    Posté par Kat, 03 janvier 2008 à 13:14 | | Répondre
Nouveau commentaire